F.A.Q

Ou : comment évaluer l’impact environnemental d’un site internet ? Le plus simple pour vérifier le caractère éco-conçu d'un site internet est de le tester avec les calculettes ecoIndex.fr, et websitecarbon.com. 

Ces deux scores ont l'avantage de donner, en quelques secondes, une idée de l'impact environnemental d'un site web, et de délivrer des premiers leviers d'action pour réduire cet impact.

Pour savoir ce que mesure exactement Website Carbon, lire notre article

L'éco-conception web, ou écoconception web, est une méthode qui consiste à intégrer les pratiques écologiques dès la conception et le développement d'un site internet, et à toutes les étapes de son cycle de vie. Pour créer un site web éco-responsable, les bonnes pratiques de développement durable numérique sont à respecter, telles que la réduction du flux de données, la performance, et surtout l’adéquation de moyens. Ces pratiques, ainsi que beaucoup d’autres, toutes répertoriées par l’ADEME et le collectif Green IT, permettent de réduire la pollution et l'empreinte carbone d’un site internet.
En adoptant une approche d'éco-conception web, on peut concevoir un site web en limitant sa consommation d'électricité, et donc son impact sur l'environnement, ainsi qu'en retardant l'obsolescence des matériels. Enfin, qui dit site internet éco-responsable et respect des principes du Green IT, dit aussi choix d’un hébergement éco-responsable, utilisant 100% d'énergies renouvelables.

En savoir plus sur l'éco-conception web

Voir des exemples de sites éco-conçus

Le numérique produit 3.5% des gaz à effet de serre de la planète quand le trafic aérien n’en génère que 2% (source).

Internet, s'il était un pays, serait le 3e plus gros consommateur d'électricité au monde, et le 6e plus gros pollueur. Au total, le numérique consomme 10 à 15 % de l'électricité mondiale, soit l'équivalent de 100 réacteurs nucléaires.

En ce qui concerne les sites internet, la consommation d'électricité se situe à tous les niveaux :

  • Sur le serveur : l'hébergement traditionnel, dans les grands data-center qui chauffent et sont donc climatisés, et qui utilisent des énergies non-renouvelables. Plus il y a d'activité sur le serveur nécessité par l'activité d'un site internet, plus les équipements chauffent. De plus, ces data-center sont souvent situés à l'autre bout de la planète. Cependant ils représentent entre 18% et 20% seulement de la consommation d'un site internet.
  • Lors de la transition du flux de données : plus le flux de données est important - plus le site internet est lourd, plus il transporte de données, plus la consommation d'électricité est forte.
  • Sur le device de l'utilisateur : plus le site web demande "d'efforts" à l'ordinateur ou au smartphone pour s'afficher, plus il consomme de l'électricité, et plus vite le device deviendra obsolète et devra être renouvelé.

En éco-conception web, il est important d'agir à tous ces niveaux, pour réellement réduire la consommation électrique d'un site. C'est pourquoi le choix de la technologie de base est aussi important que le respect des bonnes pratiques tout au long du projet, depuis le choix des contenus, leur rédaction, le choix des fonctionnalité, jusqu'à la "propreté" du code des pages finales.

Pour en savoir plus : voir les équivalents des émissions de CO2 d'une page internet.

Imaginer qu’un site internet éco-responsable est forcément moche, c’est une idée reçue : en éco-conception on peut faire un site moche, mais vraiment, rien ne nous y oblige.

L'idée, c'est d'activer en priorité les nombreux leviers purement techniques pour préserver au maximum le design. Cela implique un choix technologique adapté : la technologie statique en Headless par exemple. Pour le même rendu visuel qu'un site classique, le site sera ultra-léger et ultra-rapide, et consommera moins d'électricité.

Voir des exemples de sites éco-conçus réussis

Des études (notamment une étude de la Purdue University) montrent que l'utilisation de thèmes sombres ou "dark mode" sur des écrans OLED ou AMOLED peut réduire la consommation d'énergie de ces appareils. Ces types d'écrans utilisent des diodes organiques qui s'éteignent lorsqu'elles affichent des couleurs noires ou sombres, ce qui réduit la consommation d'énergie par rapport aux écrans LCD traditionnels, qui eux utilisent un rétroéclairage pour afficher des couleurs noires ou sombres. 
Les études sur des écrans LCD donnent cependant des résultats différents. L'utilisation du dark mode peut donc contribuer à réduire l'empreinte carbone d'un tel appareil, mais cela dépend d’une combinaison de différents facteurs. Les paramètres de luminosité et de contraste, par exemple : si l'écran est réglé sur un niveau de luminosité élevé, l'utilisation du dark mode ne va pas entraîner une réduction significative de la consommation d'énergie. D’ailleurs, une majorité d’ordinateurs portables, de téléviseurs, d’écrans d'ordinateur, de smartphones et de tablettes utilisent des écrans LCD. Les écrans OLED et AMOLED sont surtout utilisés dans les smartphones haut de gamme.

Le dark mode peut donc être envisagé dans le cadre de l'éco-conception d'un site internet pour réduire son empreinte carbone, mais il ne doit pas être considéré comme un élément primordial. Il existe bien d'autres leviers et bonnes pratiques plus efficaces : la performance du site, l'optimisation des images et des ressources, l'utilisation de technologies écologiques et éco-responsables, la réduction des requêtes et des scripts côté serveur, ou encore la réduction du flux d’informations, donc de la bande passante.

En savoir plus sur les bonnes pratiques de l'éco-conception web

L'ADEME a calculé qu'avec une diminution du poids des pages de 2Mo à 500Ko sur un site internet qui enregistre 1 million de pages vues par an permet d'éviter 260kg équivalent CO2. Lors d'une refonte vers de l'éco-conçu pour nos clients, nous mesurons une moyenne de 90% de baisse des émissions de CO2.

Pour plus de détails, voir les Case Studies du site de SCORE DDB et du site Act! with Surfrider.

En savoir plus sur les refontes vers de l'éco-conçu

Lors d'une migration ou clônage de site vers de l'éco-conçu, nous répliquons votre site au pixel dans nos technos éco-responsables, sans changement visible pour l'utilisateur. Nous constatons une baisse de 65% des émissions de CO2 en moyenne. Ce service permet d'éviter une refonte totale du site qui mobilise des équipes chez nos clients plusieurs semaines, puisque le cahier des charges est déjà présent et détaillé.
En savoir plus sur notre service de migration de site vers de l'éco-conçu.

En changeant quelques fonctionnalités, nous pouvons aller beaucoup plus loin, avec une moyenne de 90% de réduction des émissions de CO2.

En plus de diminuer drastiquement l'impact environnemental d'un site internet, l'éco-conception présente de nombreux avantages. Elle permet de :

  • Se différencier de la concurrence en affichant sa démarche sur le site lui-même, grâce à des certification ou des badges délivrés par des acteurs indépendant et faisant autorité dans le domaine;
  • Améliorer ses performances marketing et donc celles de l'entreprise : référencement, classement dans les moteurs de recherche, taux d'acquisition et taux de rebond;
  • Fédérer les équipes et attirer les talents en affichant sa démarche responsable dès son site internet aux candidats.

En savoir plus sur l'éco-conception web

Les pages statiques sont un excellent moyen de réduire les émissions de carbone des sites internet. Les pages dynamiques standards constituent la majorité des sites sur internet et fonctionnent en récupérant des données à partir d'une base de données, pour générer la page demandée par l'utilisateur, et ceci à chaque fois qu'un internaute appelle la page. Une page statique, au contraire, est composée uniquement de fichiers stockés déjà générés sur le serveur, prêts à être servis. Les pages statiques éco-conçues induisent donc beaucoup moins de charge, moins d'activité sur le serveur et génèrent ainsi moins d’émissions de CO2.

En savoir plus sur nos technos Headless d'éco-conception web

La techno statique en Headless est particulièrement recommandée en éco-conception, car elle a l'avantage d'être ultra-légère et rapide. Les pages statiques peuvent être couplées à un back-office pour éditer facilement leur contenu, via une technologie comme 11ty. L'ensemble, nommé Headless, JAMStack ou Architecture Composable, présente les avantages de la performance et du confort d'utilisation.

En savoir plus sur nos Technos Headless

Pour éco-concevoir un site internet, il convient de se poser la question de la techno que l'on va utiliser : c'est le principe de l'adéquation des moyens. Naturellement, en éco-conception, on se tournera vers des CMS Headless qui génèrent des pages dites "statiques", ce qui veut dire que les pages seront générées sur le serveur seulement quand leur contenu est mis à jour, et non pas à chaque vue d'utilisateur : un peu comme la paille jetable contre la paille lavable. 

Le CMS Webflow, par exemple, génère des pages statiques, mais ne respecte pas les bonnes pratiques de l'éco-conception, comme les formats d'images par exemple, ce qui donne des pages encore trop lourdes. Rendre les pages générées par Webflow éco-conçues nécessite un bon niveau de développement, ceci à la conception mais également pour toute mise à jour des contenus. Le CMS Silex que nous utilisons pour éco-concevoir nos sites, en revanche, permet d'intégrer facilement les bonnes pratiques de l'éco-conception. Et bonus : c'est un Logiciel Libre et Open-Source.

En savoir plus sur nos technos Headless

Bien sûr, il est quasiment impossible de "rendre éco-conçu" un site existant si ses bases techniques sont lourdes et qu'il repose sur une technologie trop gourmande. Cependant il est toujours possible de l'améliorer un peu.

Pour optimiser son site web existant et le rendre moins polluant, voici 5 actions à réaliser : 

1 - Optimisation des ressources et du code : réduisez la taille des images, adoptez les formats Webp ou svg, des fichiers CSS et JavaScript pour diminuer le temps de chargement du site. Moins de ressources à charger signifie une utilisation moindre de la bande passante et de l'énergie du serveur, ce qui contribue à réduire l'empreinte carbone du site.

2 - Hébergement éco-responsable : choisissez un hébergeur web qui utilise des sources d'énergie renouvelable et qui ne se contente pas de compenser ses émissions carbone. 

3 - Conception adaptative et mobile : assurez-vous que votre site est conçu pour être accessible et fonctionnel sur les appareils mobiles. Les sites bien optimisés pour les mobiles consomment moins de données et d'énergie pour le chargement, tout en offrant une expérience utilisateur fluide.

4 - Minimisation des cookies et des scripts tiers : limitez l'utilisation de cookies et de scripts tiers non essentiels. Ces éléments peuvent ralentir le chargement de la page et compromettre la confidentialité des utilisateurs. En limitant leur utilisation, vous réduirez la quantité de données transférées entre le navigateur de l'utilisateur et le serveur.

5 - Contenu durable : encouragez la création et la diffusion de contenu durable et pertinent. Éliminez les pages trop rarement visitées, qui engendrent une consommation d'énergie inutile. Priorisez la qualité sur la quantité.

En savoir plus sur les bonnes pratiques de l'éco-conception web

Il arrive que l'on soit satisfait du contenu et du design d'un site internet, mais que ses performances et son impact environnemental soit mauvais. Dans ce cas, un clonage vers de l'éco-conçu est envisageable : il s'agit de répliquer le site au pixel dans des techno éco-conçues. Pour le visiteur il n'y aura pas de différence, mais l'impact environnemental du site web sera diminué de 64% en moyenne.

En savoir plus sur le clonage de site vers de l'éco-conçu

Un site e-commerce peut bien sûr être éco-conçu. De plus, l'éco-conception web est synonyme d'ultra-performance. Avec des scores Google PageSpeed Insights supérieurs à 85% sur mobile, nos sites e-commerce éco-responsables sont très rapides à charger, donc très accessibles et performants, même sur mobile. Raison de plus pour être raccord avec son positionnement produit ou sa démarche RSE.

D'abord, le choix de la technologie sur laquelle le site est basé est essentiel : il convient d’utiliser une technologie légère qui suscite le moins de requêtes possible, comme la technologie statique, par exemple. Il faut aussi minimiser le poids des fichiers, donc optimiser les images, et privilégier les formats modernes comme le Webp et le svg. Ensuite, il convient de réduire la taille du code HTML, CSS et JavaScript : un code “propre”, qui observe les bonnes pratiques, est plus léger. Enfin, des techniques de mise en cache efficaces doivent être mises en œuvre pour réduire le temps de chargement des pages.

Toutes ces bonnes pratiques sont appliquées en éco-conception web.

En savoir plus sur nos technos

Parce que nous, les deux fondateurs d'Internet 2000, sommes des enfants des années 80-90, et que l’an 2000, c’était le Futur. Et surtout parce que nous utilisons des technos Headless et rétro-futuristes pour faire des sites du Futur : des sites éco-conçus.

En savoir plus sur nos technos Headless

En savoir plus sur nous

Chez Internet 2000, nous créons des sites éco-conçus, qui ont une empreinte carbone plus basse que la moyenne, tout en conservant un design de qualité grâce à notre socle technologique ultra-léger.

En savoir plus sur l'éco-conception web

  • scoreddb.fr, site éco-conçu de l'agence SCORE DDB : site vitrine très visuel, au design très travaillé et aux performances remarquables. Score ecoIndex (moyenne des pages) : A - Score Website Carbon : +92% - Score PageSpeed : 96%
  • surfrider.eu, site éco-conçu de la Surfrider Foundation : site d'Inbound Marketing très visuel et très fourni et aux performantes excellentes. Score ecoIndex (moyenne des pages) : B - Score Website Carbon : +95% - Score PageSpeed : 87%.

Voir d'autres exemples de sites éco-conçus et écoresponsables

Oui, nous n’utilisons que des technologies Open Source, cela fait partie de notre ADN.

En savoir plus sur nos technos Open Source

En savoir plus sur notre engagement dans l'Open Source et les Logiciels Libres

Pour éco-concevoir nos pages, nous faisons des sites dits "statiques" en Headless. Nous utilisons un Headless CMS (directus.io), un static site generator (11ty.dev) et un outil no-code pour l'intégration du design (silex.me). Tous ces outils sont Open Source. Pour l'hébergement, nous avons un proxy nginx et un serveur éco-responsable.

En savoir plus sur nos technos Headless

Nous utilisons les mêmes technologies Headless que Webflow, avec l’Open Source en plus, et surtout l'éco-conception.

En savoir plus sur nos technos Headless

Les technologies Headless offrent de nombreux avantages par rapport à une plateforme comme WordPress :

  • Performance : les sites construits avec Silex, Directus et 11ty sont généralement plus rapides que ceux construits avec WordPress. Cela est dû au fait que nos technologies génèrent des sites statiques au code "propre", qui sont plus légers et plus rapides à charger que les sites dynamiques générés par WordPress.
  •  Sécurité : les pages "statiques" sont intrinsèquement plus sécurisés que les pages dynamiques. Comme ils ne contiennent pas de base de données ou de scripts côté serveur, ils sont moins susceptibles d'être la cible de cyberattaques.
  • Éco-conception : nos technologies Headless sont conçues pour minimiser l'empreinte carbone des sites web. En générant des sites plus légers et plus rapides, elles contribuent à réduire la consommation d'énergie nécessaire pour les faire fonctionner.
  • Simplicité et flexibilité : Silex, Directus et 11ty sont des outils simples et flexibles qui permettent une grande liberté de conception. Contrairement à WordPress, qui peut être limité par des thèmes et des plugins, nos technos Headless permettent aux concepteurs de créer des sites web uniques qui répondent à leurs besoins spécifiques.
  • Maintenance : les sites statiques en Headless nécessitent généralement moins de maintenance que les sites dynamiques. Il n'y a pas de mises à jour de base de données à gérer, pas de plugins à mettre à jour, et moins de problèmes de compatibilité à résoudre.

WordPress est pour le moment la solution “mainstream”, mais il est clair que l’avenir appartient à une multitude de solutions plus souples et plus légères, comme le Headless.

En savoir plus sur nos technos Headless

Nous nous basons sur plusieurs scores pour mesurer nos performances : ecoIndex, Google PageSpeed Insight, websitecarbon.com, Green Frame pour le monitoring, et The Green Web Foundation pour l'hébergement.

Oui, les sites web éco-conçus en Headless que nous créons chez Internet 2000 sont très sécurisés. L'un des principaux avantages des sites statiques que nous générons avec des outils comme Silex, Directus et 11ty est leur sécurité inhérente.

Les sites statiques sont plus sûrs car ils ne contiennent pas de bases de données, de scripts côté serveur ou d'autres éléments qui peuvent être exploités par des pirates. En d'autres termes, ils ont moins de points d'entrée pour les attaques potentielles.

En savoir plus sur nos technos Headless

Nos sites éco-conçus peuvent être hébergés sur n'importe quel serveur.

En savoir plus sur nos technos

Chez Internet 2000, nous utilisons une approche appelée Headless ou JAMStack pour construire nos sites web - c’est ce qui permet de créer des sites statiques mais administrables par un client. Le "A" dans JAMStack signifie "API", qui est une façon de connecter différentes parties d'un site web. Donc, oui, nos sites web éco-conçus peuvent absolument être connectés à une API. C'est une partie intégrante de la façon dont nous construisons nos sites.

En savoir plus sur nos technos Headless

Voir d'autres thèmes sur notre blog

Contact

Insert your text here

Ce site ne dépose pas de cookies, vous naviguez en toute sécurité.

Ok